(c)_iStockphoto

Il émet donc l’hypothèse que la cassure de la trendline support haussière de long terme sur le CAC datant de mars 2003 même avec des volumes soutenus, serait encore un faux signal de sortie baissière (fake down en chandeliers journaliers sur le graphe b) ; cette figure maintenant classique de contre pied, fréquente ces dernières années sur les marchés à la hausse et à la baisse (fake up et fake down), a été amplement décrite par Sylvain avec toutes ses implications contrariennes.

 

Graphe [b] indice PXI-CAC 40 en chandeliers daily avec volumes, avril/septembre 2006

 

      Source : prorealtime.com

 

Sylvain continue donc de privilégier la hausse et pense qu’au niveau fondamental elle est encore justifiée compte tenu des bons résultats des entreprises françaises et américaines ainsi que du dynamisme de la croissance économique mondiale, malgré un ralentissement attendu aux USA en 2007 ce qui paraît normal après trois années de forte hausse du PIB."http://prevoirlecoursdelor.com/"

 

Sylvain rappelle qu’en été 2005 au moment des attentats de Londres tous ceux qui ont shorté massivement le fait se sont fait coincer par la vigueur du ramassage intraday et la hausse qui a suivi ; il confirme que tant qu’une tendance haussière sur indice n’est pas clairement invalidée en données weekly voire monthly et sur volumes anormalement élevés par rapport à la moyenne des dernières années, cette tendance reste valide et que jouer le retournement baissier est alors très dangereux car il consiste à se mettre en contre tendance baissière dans un marché structurellement bull qui peut repartir à la hausse n’importe quand et brutalement sur achat à bon compte des investisseurs longs et long terme, ainsi que par des rachats de short des spéculateurs de tous poils court terme qui avaient parié sur la poursuite de la baisse et voyant leur erreur d’appréciation se rachète en catastrophe.--** http://www.charlesdereeper.com/igmarkets_mon_avis_sans_pipo_commercial.html

 

Il se souvient d’un certain site boursier de conseils en ligne qui le 7 juillet 2005 avait émis au moment des attentats des ordres de vente à découvert tous azimuts et qui a été obligé de racheter toutes ses positions le jour même ou le lendemain matin en raison du ramassage le 7 juillet et de la hausse du 8 et des jours suivants ; suréagir à un événement géopolitique même majeur est dangereux : protéger son capital en allégeant certaines lignes spéculatives est prudent ; solder puis inverser immédiatement ses positions sans tenir compte de la réaction de fond du marché est suicidaire !

 

 

            - Les difficultés à trader ce type de marché

 

Pour Carim l’incertitude sur la tendance de fond rend le travail d’analyse et de conseil plus difficile dans le cadre de prises de position overnight longues ou courtes ; il rappelle que les marchés directionnels sont plus faciles à trader et que les micro mouvements contradictoires de hausse et de baisse créeent un bruit de fond difficile à neutraliser totalement--*http://courtiersforex.com/*--.

 

Il aimerait limiter ses conseils à l’intraday mais le mode d’intervention que s’est fixé tradingsat basé sur le conseil après clôture pour une prise de position le lendemain matin à l’ouverture, ne permet pas cette option actuellement ; pour autant le flux de conseils en séance permet aux traders les plus actifs de prendre des positions en temps réel et pendant les heures d’ouverture de Bourse ; de même l’édition en ligne de trois conseils quotidiens à l’ouverture, avant clôture et en séance permet à tous les types de traders court terme de s’y retrouver : ceux qui peuvent passer des ordres en journée et ceux qui ne peuvent le faire qu’après clôture le soir ou le week end ; ce mode de fonctionnement souple et flexible permet de trouver une solution de compromis entre le court terme overnight et l’intraday.

 

Le site tradingsat et son concept ainsi que les options proposées sont amenés à évoluer dans les mois à venir ; nul doute que Carim et Adrien trouveront la bonne solution permettant à tous types de traders d’y trouver leur compte.

 

Pour Sylvain, compte tenu de la proximité de son trading avec celui de Carim les difficultés rencontrées sont proches : manque de tendance et de directionnalité, atermoiement et hésitations des cours des indices et des valeurs, contre pieds du marché et présence de nombreux faux signaux à la hausse comme à la baisse (fake up an fake down).

 

Les performances de Sylvain sont nettement moins bonnes au deuxième trimestre et en été 2006 que pendant le premier trimestre 2006 où tout montait franchement ; il a très bien gagné en janvier/février 2006 sur Altran Technologies par exemple ; il reste assez dubitatif sur le reste de l’année boursière ? La tendance bull est toujours d’actualité en septembre 2006 mais il constate des failles et des indices précurseurs inquiétants qui relativisent le biais haussier du marché sans pour autant l’invalider ; le marché reste bull jusqu’à nouvel ordre mais la prudence s’impose car une certaine nervosité des intervenants est déjà perceptible depuis le gros incident de parcours de mai 2006 ; Sylvain se rapproche de toute façon de la fin de son expérience de trading pour son propre compte il va intégrer un cabinet de gestion d’actifs à la fin du mois d’août 2006 et pour lui c’est une nouvelle aventure qui commence avec des fonds collectifs et un capital de plusieurs dizaines de millions d’euros beaucoup plus important que le sien.

directionindice